Région d’Ali-Sabieh – Atelier sur la sauvegarde de l’environnement

Publié le 7 juin 2016

Un atelier de sensibilisation et d’information sur la protection de l’environnement dans le milieu de la brousse s’est tenu à Ali-Sabieh. Un groupe de spécialistes de la protection des milieux ruraux du réseau national de l’Association Djiboutienne Nature a organisé mercredi dernier un séminaire de sensibilisation et d’information sur la protection de l’environnement rural, dans la salle de conférence de l’hôtel de la Palmeraie de la ville assajog.

Différentes personnalités, dont le préfet-adjoint, le chef de l’antenne régionale du Ministère de l’agriculture, des gendarmes, des militaires, des chefs coutumiers et des représentants de la société civile ont assisté à cette rencontre. Ce programme de sensibilisation des autorités et de la population est financé par le gouvernement du royaume des Pays-bas et supervisé par l’organisation HOA-REN (Horn of Africa Régional Environnemental Nature Work).

A cette occasion, les animateurs de cet atelier ont dressé un constat alarmant de la zone de ciblage, le village Assamo et tous ses secteurs de brousse. Pour inverser la tendance, ils se déplaceront sur le terrain, durant trois jours, afin de rentrer en contact avec la population d’Assamo. Les objectifs de cet événement consistent à enseigner ou à inspirer aux populations nomades de vivre en parfaite harmonie avec leur milieu naturel. Plus précisément, leur permettre d’adopter des attitudes quotidiennes pragmatiques face à la terre et ce qu’elle offre comme moyen de subsistance.

Ceux-ci s’articulent sur les trois points suivants : en premier lieu, les nomades doivent s’exercer dans l’expérience de restaurer le paysage. Pour réussir cela, il est primordial de surveiller le terrain en utilisant une partie pour la pâture de leur troupeau et en laissant vierge une autre.

A la seconde étape, il est question de sécurité alimentaire, en encourageant les habitants de la zone à cultiver la terre. L’élevage ne doit pas rester la seule prédominante de leur vie. Troisièmement, la sensibilisation a évoqué la réduction des émissions à effets de serre. Les animateurs ont parlé de dissuader les habitants d’utiliser intensément les traditionnels bois pour le feu de cuisine au profit des énergies renouvelables comme le four solaire.

Des propositions d’idées intéressantes pour la restauration de l’écosystème dans le milieu de cette brousse à la nature hostile ont été échangées par les participants pendant les moments des débats.

Cet atelier a permis aux participants d’embrasser des idées peu connues dans les zones rurales de notre pays dont, pourtant, les populations vivent les effets néfastes du changement climatique débattu, de nos jours, à l’échelle mondiale.

Pour concrétiser les objectifs, le réseau national de l’Association Djiboutienne Nature devra travailler dur pour convaincre et faire adhérer à leur programme la population d’Assamo.

Ali Ladieh

Laisser un commentaire