Education

La Direction Régionale de l’Education (DRE) a, depuis trois ans, la responsabilité de la gestion et du fonctionnement de toutes les activités régionales en matière d’éducation, du bon fonctionnement des établissements et du personnel relevant du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur (MENESUP).
Pour assumer ces responsabilités, la Direction bénéficie des services d’un personnel varié,
dont :
fleche un Directeur,
fleche 3 conseilleurs pédagogiques (français, arabe et E.P.S.),
fleche une secrétaire, un responsable audio/visuel, un gestionnaire et une bibliothécaire,
fleche 16 responsables d’école (directeurs et adjoints des directeurs),
fleche 133 enseignants, dont 104 en français (dont 22 femmes) 29 et arabe (dont une femme)
fleche 32 ouvriers (dont une vingtaine de gardiens).
Le siège de la DRE a été réhabilité par la coopération USAID en 2006 (il comporte 8 locaux, dont trois bureaux et trois salles spécialisées). En total, la région dispose de 12 écoles primaires, dont 7 écoles rurales, pour un total de 4.235 élèves (dont 1900 filles et 2.335 garçons).
Le nombre de salle de classe varie entre 12 (le chef lieu et Hol-Hol) et 5 pour les écoles rurales. Trois écoles rurales (Assamo, Faradil et Dasbiyo) ne disposent pas d’un bureau de directeurs ni d’un local destiné pour le stockage. A l’exception de l’école de Goubetto, les écoles rurales ne disposent pas d’une bibliothèque.

L’ensemble des écoles rurales dispose d’un réfectoire, une cuisine et un local pour le stockage de la nourriture de la cantine. Trois écoles rurales sur sept disposent d’un internat (dont non fonctionnel).
La ville d’Ali-Sabieh dispose de 5 écoles primaires, ainsi que d’un collège, un lycée général et un lycée industriel et commercial.

Le petit centre d’Ali-Addé dispose d’une école primaire qui assure l’enseignement fondamental à plus 333 élèves issus des villages et campements voisins. Les infrastructures scolaires sont constituées de 6 salles de classes, un dortoir (fonctionnel, mais sans équipement de base), une cantine et les logements pour le directeur. En dépit de l’existence de l’école, beaucoup des filles ne sont pas scolarisées (les parents préfèrent pour elles un travail salarié (souvent comme femmes de ménage, avec des salaires de base d’environ 4.000 FDj par mois). Près d’Ali- Addé, il y a une école dans le village d’Assamo (cinq classes, un dortoir et une cantine).

Principal contrainte

fleche Le manque d’équipement approprié de nombreuses infrastructures scolaires de base.
En formation : L’insuffisance des programmes de formation professionnelle (surtout à l’intention des jeunes chômeurs, des filles non scolarisées, des femmes et des anciens éleveurs reconvertis à des activités agricoles).